Aidant familial, proche aidant : quelles définitions et quelles aides ?


Publié le 17 Fév. 2023


Aidant familial, proche aidant : quelles définitions et quelles aides ?

Aidant familial, proche aidant : quelles définitions et quelles aides ?

Qu’est-ce qu’un aidant familial ? Quelles différences entre un aidant familial et un proche aidant ? Des aides sont-elles accessibles aux personnes qui aident un proche âgé en perte d’autonomie ? Le point dans cet article.

Qu’est-ce qu’un aidant familial ?

La loi n° 2005-102 du 11 février 2005, visant à promouvoir l’égalité des droits, la participation et l’intégration des personnes handicapées, officialise le rôle essentiel des aidants familiaux. Pour illustrer cette notion, un aidant familial est défini comme une personne qui apporte une assistance humaine à un proche en situation de handicap, bénéficiant de prestations d’aide délivrées dans le cadre de la PCH (prestation de compensation du handicap). En reconnaissance de ce rôle, l’aidant peut percevoir une forme de compensation.

De même, la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015, relative à l’adaptation de la société au vieillissement, élargit la notion de « proche aidant » aux personnes âgées en perte d’autonomie, incluant également les membres de l’entourage (voisins, amis, etc.).

  • Un proche aidant est ainsi défini comme suit :
  • Le conjoint,
  • Le partenaire lié par un pacte civil de solidarité (PACS) ou le concubin de la personne âgée en perte d’autonomie,
  • Un parent,
  • Un allié,

Ou toute personne résidant avec la personne âgée ou entretenant avec elle des liens étroits et stables, tels que des voisins ou des amis, qui apporte régulièrement et fréquemment son aide à la personne pour tout ou partie des activités de la vie quotidienne, sans exercer cette assistance à titre professionnel.

Les proches aidants de personnes âgées en perte d’autonomie, répondant à cette définition, ainsi que les aidants familiaux de personnes en situation de handicap, ont droit à des aides telles que l’allocation journalière du proche aidant, des solutions de répit, et des programmes de formation. Cet article met en lumière ces aides du point de vue des aidants de personnes âgées en perte d’autonomie liée à l’âge. Les aidants de personnes en situation de handicap peuvent obtenir des informations qui les concernent sur le site officiel monparcourshandicap.gouv.fr.

Quelles sont les aides disponibles pour les proches aidants

1 – L’allocation journalière du proche aidant

L’allocation journalière du proche aidant est un revenu de remplacement qui s’adresse au proche aidant d’une personne en situation de handicap ou de perte d’autonomie qui réduit ou cesse son activité professionnelle pour aider cette personne.

Au 1er janvier 2023, le montant journalier de l’allocation journalière du proche aidant est fixé à 62,44 €.

2 – L’aide au répit

L’aide au répit permet aux proches aidants de personnes âgées bénéficiant de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) de se reposer ou de dégager du temps en finançant des solutions d’aide comme :

  • un accueil de jour ou de nuit de la personne aidée ;
  • un hébergement temporaire en établissement ou en accueil familial ;
  • un relais à domicile.

Par ailleurs, en cas d’hospitalisation du proche aidant, une aide ponctuelle permet de financer l’hébergement temporaire de la personne aidée ou un relais à domicile.

Pour en savoir plus, consultez l’article L’aide au répit dans le cadre de l’APA

3 – Les aides fiscales

Les aidants familiaux peuvent bénéficier d’aides fiscales si :

  • ils hébergent durablement leur proche âgé chez eux,
  • s’ils participent à ses frais d’hébergement en EHPAD.

Pour en savoir plus, consultez l’article Vous aidez un proche âgé : quelles aides fiscales ?

Comment être rémunérer en tant que proche aidant ?

Il est possible d’être rémunéré pour l’aide apportée à un proche âgé en perte d’autonomie, en devenant son salarié. En effet, la loi l’autorise une personne bénéficiaire de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) à employer un membre de sa famille (à l’exception du conjoint, concubin ou partenaire de PACS) en tant qu’aide à domicile dans le cadre de l’APA qui lui est accordée. L’APA permet ainsi de rémunérer le membre de la famille qu’elle salarie.

Vous pouvez créer un compte Nosparents en tant que professionnel et validez simplement les étapes suivantes :

  • Correspondait avec votre conseiller Nosparents pour valider votre compte professionnel dans la plateforme.
  • Connectez-vous avec les identifiants qui vous permet de vous occuper de votre proche et sélectionnez votre profil professionnel.
  • Nos services valideront rapidement les débuts des prestions grâce à la prise d’un rendez-vous.

Pour en savoir plus, consultez l’article Être rémunéré pour l’aide apportée à son proche

Développer ses compétences et préserver son bien-être en tant qu’aidant Familial

Se former pour une meilleure prise en charge de son proche

Au fil des années, des formations spécifiques destinées aux proches aidants de personnes âgées en perte d’autonomie ont vu le jour. Ces formations ne sont pas conçues comme des formations professionnelles, mais plutôt comme des opportunités de réflexion sur le rôle d’aidant. Leur objectif est d’aider les aidants à mieux comprendre leur propre position, à préserver la qualité de la relation avec leur proche, à acquérir une meilleure compréhension des maladies affectant leurs proches ainsi que de leurs conséquences sur la vie quotidienne, et à apprendre à s’adapter à ces situations.

Pour en savoir plus sur ces formations, qu’elles soient dispensées en présentiel ou en ligne, veuillez consulter notre article intitulé « Se former. »

S’octroyer du temps libre

Afin d’offrir aux proches aidants l’opportunité de prendre des pauses bien méritées, des solutions telles que l’hébergement temporaire et l’accueil de jour sont à disposition. Ces solutions bénéficient également à la personne aidée en lui procurant un accompagnement approprié à sa situation.

Trouver du soutien

Des ressources sont disponibles à travers tout le territoire français pour soutenir les proches aidants de personnes âgées en perte d’autonomie. Cela comprend des plateformes d’accompagnement et de répit, ainsi que des cafés des aidants. Ces espaces permettent aux aidants de se renseigner sur les différentes formes d’aide disponibles et de partager leurs expériences avec d’autres personnes dans des situations similaires.